Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Techniques-MartialesArts martiaux et sports de combatsNos dossiersHéraldique japonaise : les mon
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Héraldique japonaise : les mon  (Lu 8511 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4459



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« le: 19 Février 2012 à 13:43:25 »

Le kamon (家紋), pouvant se traduire par « emblème familial), aussi appelé simplement mon ou monshô, est un blason japonais propre à un clan, autrement dit des armoiries familiales. Le mon est en fait un terme plus général désignant un symbole  n’appartenant pas forcément à un clan noble. Un artisan ou un artiste sans titre pouvait créer son propre mon, et même une geisha pouvait décider d’avoir son propre blason.
Les kamon apparaissent d’abord à la période Nara (710-794) où ils commencent à s’imprimer sur les vêtements et possessions de la cour, se limitant à des figures très simples. On attribue de ce fait plus souvent leur apparition aux environs du 10e siècle, époque où ils deviennent réellement les signes distinctifs des différents clans qui recherchaient le pouvoir. Les tout premiers motifs utilisés alors proviendraient d’anciens symboles chinois apportés au Japon grâce aux échanges culturels avec la dynastie Tang.

Bien qu’à l’origine ils n’étaient que des signes distinctifs des différentes familles nobles japonaises, leur fonction dépassa rapidement le simple soucis esthétique lorsque ces clans commencèrent à se battre pour la richesse et le pouvoir. Ils devinrent alors vitaux pour distinguer les alliés des ennemis sur le champ de bataille. Suite à la multiplication des clans, les simples drapeaux de couleurs utilisés jusque là ne suffisaient plus, il fallait un motif clairement reconnaissable pour savoir qui était qui.

Un samurai pouvait obtenir une armoirie de plusieurs manières : soit il l’héritait de son père (à savoir que le second fils d’une famille qui n’en héritait pas de la direction pouvait recevoir un kamon modifié et former ainsi un autre clan), soit il le recevait de son daimyo en guise de récompense pour ses loyaux services.

Durant les siècles de guerres civiles qui secouèrent le Japon, nombreux furent les mon qui devinrent célèbres grâce aux faits d’armes des samurais qui les arboraient. Les armoiries à fleur de coing évoquent à tous les japonais Oda Nobunaga, tout comme celles de fleurs de Paulownia sont reconnues par tous comme celles de son successeur, Toyotomi Hideyoshi mais aussi celles de l’Empereur (Hideyoshi s’était en effet arrangé pour obtenir de l’Empereur le titre de premier ministre). Ces armoiries sont d’ailleurs toujours celles du gouvernement japonais et de son premier ministre. L’emblème du puissant clan Hojo était le triple triangle, ou "mon en écailles de poisson".


Kamon du clan Oda


Kamon du clan Toyotomi


Kamon du clan Hojo

Même si ce n’était pas toujours le cas, les kamon avaient une symbolique particulière, relative a des hauts faits du clan ou à des croyances de celui-ci. Par exemple, celui du clan sanada représentait six mon (pièces de monnaie de l’époque) car la croyance voulait que les guerriers devaient avoir cet argent sur eux pour partir au combat, six pièces pour pouvoir payer les passeurs des six chemins de l’au-delà bouddhique. 


Kamon du clan Sanada

A partir du 17e siècle, Le Japon entra dans une ère de paix. Les mon sortirent alors du milieu militaire pour rejoindre le monde civil, ce qui permit d’adopter des figures plus ornementales et plus complexes (il ne s’agissait plus de reconnaitre rapidement si celui qui les portait était ami ou ennemi, après tout). Ils n’étaient plus réservés aux familles de samurai et un artisan, un acteur ou même un sumo pouvait avoir le sien. Il ne s’agissait plus d’un attribut de la noblesse uniquement. C’est aussi à partir de cette époque que l’on vit le nombre de motifs existant littéralement exploser.


Les Mon de nos jours
Avec la sortie du Japon de son âge féodal, Le port d’une armoirie relative à sa famille ou a sa profession se raréfièrent, même si de nombreux artisans gardèrent le leur sur leur devanture jusqu’à aujourd’hui. Certains ont même traversé les continents pour arriver jusque dans notre vie quotidienne occidentale : les trois diamants de Mitsubishi et les trois diapasons entrecroisés de Yamaha, avec leur esthétique et leur symétrie sont bel et bien des mon modernes !
Les mon apparaissent toujours sur les vêtements nippon mais sont devenus des apparats d’occasions spéciales et importantes. Ils sont devenus des éléments esthétiques marquant la formalité d’un costume traditionnel, tel qu’un montsuki (veste tombante se portant au dessus du kimono d’un homme et portant traditionnellement des armoiries) ou un tomesode (Kimono noir de femme mariée), plus que des signes d’appartenance à une famille. 

Esthétique du mon
L’héraldique japonaise se reconnait en général à ses figures symétriques et à son graphisme stylisé et simple. Difficile de ne pas les comparer avec les logos modernes, en s’imaginant que les artistes qui les avaient autrefois dessinés avec beaucoup d’habileté pourraient donner beaucoup d’astuces aux graphistes d’aujourd’hui.
Une grande liberté artistique existe dans les mon, malgré ce qui pourrait faussement sembler être une homogénéité graphique pour un  œil non averti. Il n’existe pas de règles précises dans la création de blason japonais. Là où on peut penser déceler caractéristiques communes de simplicité et de symétrie, un motif va rapidement nous prouver que ce ne sont pas des  nécessités en soi.

Bien que la liberté soit omniprésente, on peut tout de même classifier les blasons en différentes catégories, en fonction de leurs sujets ou de leur géométrie. Nombre d’entre eux représentent des fleurs et plus généralement des végétaux, tels que les armoiries des clans Oda et Toyotomi citées plus haut. Beaucoup reprennent bien entendu des animaux, souvent des oiseaux, le plus connu étant la grue. Les éléments de la nature tels que le soleil, les étoiles, les nuages ou la mer sont aussi des thèmes  graphiques chers au Japonais. Des armes ou des outils de la vie quotidienne trouvaient facilement leur place sur un kamon de la même manière, tels que les flèches (comme sur le kamon du clan Hattori) , les peignes ou les éventails. Et contrairement à ce qui pourrait être pensé, les clans de samurai portaient pas forcément de motifs relatifs à la guerre, c’était  même plutôt rare. Les figures géométriques étaient elles aussi très appréciées, comme le kamon du clan Hojo en « écailles de poisson » ou celui des célèbres Takeda, formé de quatre losanges, en témoigne.


Kamon animalier en forme de grue


Kamon "objet" en forme de cloche


Kamon guerrier en forme de casque

A partir de ces thèmes, une variation infinie est possible. Combiner les sujets, modifier l’épaisseur du trait, effet négatif (motif blanc sur noir ou noir sur blanc), n’offrir qu’une vue partielle du sujet, varier son orientation, ou simplement dessiner sans se soucier de rien…Toutes ces petites variations donnent leur originalité à tout mon, lui donnant sa singularité tout en prouvant l’imagination des artistes japonais d’alors.

Autant que par les grands noms qui les ont portés, derrière leur apparence souvent simple, c’est dans leur variété qu’on se rend compte de la richesse de ces armoiries, ainsi que de la créativité de leurs concepteurs.


Sources
http://www.odanobunaga.com/kamon.htm
http://wiki.samurai-archives.com
http://bushido.over-blog.com/article-7051548.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Toyotomi_Hideyoshi
http://koei.wikia.com/wiki/Sanada
http://www.mitateplus.net
http://www.intellego.fr
http://www.clickjapan.org/Histoire_religions_politique/Mon.htm
http://eps.crest-japan.ne

Merci à Musashi qui m'a aimablement donné accès à ses recherches personnelles sur les principaux clans de l'ère sengoku.
« Dernière édition: 19 Février 2012 à 17:31:41 par Hattori Aruno » Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
montaigne
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 2339


Que sais je ?


A.M. pratiqué(s): amc


« Répondre #1 le: 19 Février 2012 à 13:48:46 »

 Merci, très sympa ton sujet (et instructif Clin d'oeil).
Journalisée

Membre de la tribu des Aorses.

"...Son carquois est un sépulcre béant, c'est une nation de héros.
 Ils tiennent fermement l'arc et le javelot, ils sont barbares et impitoyables; leur bruit est comme le mugissement de la mer; ils montent des chevaux..."

 Jérémie,5-6
artmintch
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5402



A.M. pratiqué(s): Karaté, Arts martiaux internes chinois


« Répondre #2 le: 19 Février 2012 à 15:38:12 »

félicitation pour le sujet

 Clin d'oeil
Journalisée
Oliv 0808
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5350


Si nul n'est lésé, fais ce qu'il te plaît


A.M. pratiqué(s): yoseikan budo, kali/JKD/silat


« Répondre #3 le: 19 Février 2012 à 16:25:53 »

beau boulot homme de l'ombre  Cool  Clin d'oeil
Journalisée

Face à la roche, le ruisseau l'emporte toujours. Non pas par la force mais par la persévérance
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4459



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #4 le: 19 Février 2012 à 17:33:58 »

Merci. Un projet de dossier que j'avais en tête depuis un certain moment mais dont je n'avais pas encore trouvé le temps pour le réaliser.  Sourire
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
kaminari
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3740


Le courant rapide n'a pas emporté la lune


A.M. pratiqué(s): iaidô - Kenjutsu - Jodô


« Répondre #5 le: 19 Février 2012 à 21:41:00 »

Bravo Hattori !!  Sourire
Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC
Adaptation du thême de panic par Nexion.