Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Techniques-MartialesLa pratiqueLes armes (Modérateurs: artmintch, Hattori Aruno, Oliv 0808, Wsorhan)Focus sur les Te No Uchi
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Focus sur les Te No Uchi  (Lu 4660 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
kaminari
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3740


Le courant rapide n'a pas emporté la lune


A.M. pratiqué(s): iaidô - Kenjutsu - Jodô


« le: 20 Février 2011 à 15:55:55 »

Qu'est-ce que ce nom japonais : Te no Uchi ?
Cela désigne dans les armes la position correcte de la main qui tient une arme.
Car l'arme ne peut se tenir n'importe comment, cette préhension a été également réfléchit pour des besoin de sécurité et d'efficacité dans la tenue.

Le Te No Uchi a plusieurs forme. Je vous parlerais donc aujourd'hui de celle que je connais le mieux, celle que je pratique.
Le Te no Uchi d'un sabre dans l'école Muso Shinden Ryû iaidô se présente comme suivant et je n'en décrirais qu'une, bien qu'ils soient multiples.

Il existe le Junte (ou Kirite en kendô) et sakate, même si dans mon club on s'est mis naturellement à prendre comme vocabulaire "Honte" et "Gyakute".

En Iaidô Musô Shinden Ryû, le junte se décrit comme suivant :

Nous prenons en mains la tsuka (poignée) du sabre. Elle doit passer dans un axe à l'intérieur de la main qui va de la base de l'index jusqu'au milieu de la base de la main, là où le pouce, en se refermant sur la tsuka, créé un creux.
Les doigts serrés sur la tsuka ne se chevauchent pas.
En fait, il n'y a que 3 doigts qui serrent la tsuka : l'auriculaire, l'annulaire et un peu le majeur. Ce sont des doigts spécifiques à la force dans la préhension d'un objet. L'index et le pouce restent plus libres, moins serrés, ce sont les doigts de la direction. Le poignet doit rester dans le prolongement de cet axe.

Cette préhension est semblable à celle qui vous vient naturellement quand vous prenez un couteau et que vous coupez une viande avec.
On dit parfois même qu'il faille serrer son sabre des deux mains comme si on essorait vers l'intérieur un linge mouillé.

Naturellement, on aurait tendance à prendre un sabre comme un marteau, mais cette préhension que je viens de décrire, en dépit de son inconfort corporel et de sa légèreté, n'a pas pour but de communiquer une force particulière. Elle a pour but d'aligner avec l'avant-bras la lame d'un sabre, ce qui fait qu'on a l'impression que la lame suit notre index et ainsi, la manipulation est plus facile.


Il existe naturellement de nombreux tenouchi et de nombreuses variations autour des mêmes positions.

Voici une interview très intéressante de Maitre Nishioka (Jodô Shintô Musô Ryû) traduite par Lorenzo Trainelli et Daniel Leclerc : >> ici <<

On remarque que le maitre laisse paraitre l'idée que nous avons naturellement des te-no-uchi tout au long de la journée et que chacun d'entre eux sont spécifiques de l'objet que nous tenons et aussi de la manière dont on s'en servira.
Il donne aussi un exercice de réflexion qu'on peut faire au quotidien sur tout ce qu'on prend, ce qui a pour but sans doute, une meilleur compréhension des te no uchi qu'on nous enseigne aux entrainements. Clin d'oeil
Journalisée

Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4486



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #1 le: 20 Février 2011 à 19:22:36 »

La préhension de mon style est la suivante: L'index est contre la tsuba et le pouce resserrée sur l'index. Le petit doigt de l'autre main se trouve sous le kashira (pommeau). Cela sert principalement pour les tsuki. Le principe de tenir l'arme comme si on essorait un linge revient aussi.
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
Oliv 0808
Modérateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5350


Si nul n'est lésé, fais ce qu'il te plaît


A.M. pratiqué(s): yoseikan budo, kali/JKD/silat


« Répondre #2 le: 20 Février 2011 à 22:02:41 »

il me semble que le fait de l'essorer comme un linge fait "rentrer les coudes" pour éviter qu'ils soient trop en dehors du corps et de ce fait une cible facile
Journalisée

Face à la roche, le ruisseau l'emporte toujours. Non pas par la force mais par la persévérance
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4486



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #3 le: 21 Février 2011 à 12:12:40 »

C'est possible. Je crois aussi que ça aide à ne pas saisir l'arme de manière trop crispée.
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
kaminari
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3740


Le courant rapide n'a pas emporté la lune


A.M. pratiqué(s): iaidô - Kenjutsu - Jodô


« Répondre #4 le: 21 Février 2011 à 12:29:46 »

ça place les mains bien au dessus de la tsuka aussi, pour qu'elle soit au mieux dans le prolongement du bras et donc que l'arme se fasse mieux ressentir comme étant un prolongement naturel du corps.
« Dernière édition: 22 Février 2011 à 19:47:48 par kaminari » Journalisée

Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC
Adaptation du thême de panic par Nexion.