Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Techniques-MartialesLa pratiqueCultureHistoire / Traditions (Modérateur: Wu Song)Une définition du bushidô selon le "Koku shi dai jiten"
Pages: 1 2 [3]   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Une définition du bushidô selon le "Koku shi dai jiten"  (Lu 10303 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #30 le: 22 Mars 2013 à 03:46:01 »

Début du second chapitre du blog : l'Art militaire de Yamaga Sokō. Un extrait, comme toujours :)

http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/2013/03/la-societe-selon-yamaga-soko-place-du.html

"Question : On dit que l'Art de la guerre pratiqué dans notre école correspond à l'Art du guerrier. Dans la mesure où le guerrier doit nécessairement faire la guerre, il ne devrait pas y avoir de distinction entre l'Art de la guerre et l'Art du guerrier. Quel sens donner à cela ?

Réponse : Il est dit dans les arcanes des maîtres : « Sun-tzu a dit : « La guerre (hei 兵) est la grande affaire des nations ; elle est le lieu où se décident la vie et la mort ; elle est la voie de la survie ou de la disparition. On ne saurait la traiter à la légère » ». L'« homme de guerre » (hei 兵) désigne le guerrier. L'homme se situe entre le Ciel et la Terre. Il lui est difficile de subsister dépourvu de vêtements, d'aliments et de logis. C'est pourquoi les paysans pourvoient aux habits et à la nourriture en cultivant les champs ou en élevant les vers à soie ; les artisans fabriquent les récipients, bâtissent les demeures et forgent les outils ; les marchands, à même de fournir l'outillage aux paysans et la nourriture aux artisans, vivent en pratiquant le commerce de vivres ou de monnaie et en s'adaptant aux surplus et aux carences. [Paysans, artisans et marchands] sont appelés les trois trésors, car si les paysans prospèrent dans le pays, alors les vivres abondent, si les artisans s'épanouissent, alors les outils sont en quantité suffisante, et si les marchands font de même, la monnaie ne vient pas à manquer. Cependant, lorsque le pays n'est pas protégé, apparaissent des oisifs et des brigands qui se nourrissent sans cultiver, se logent sans bâtir, et volent de l'argent sans donner quoi que ce soit de valeur équivalente en retour. C'est ainsi qu'ils amènent le désordre parmi les trois ordres. Les forts abusent des faibles, les rusés persécutent les ignorants et c'est la fin des jours paisibles. Les guerriers, frappant et punissant [ces oisifs et ces brigands], endossent la tâche officielle de rétablir la paix dans le monde."
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
Wu Song
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5679


吴宋


A.M. pratiqué(s): Shaolin WuShu Gong Fu et She Quan WuShu Gong Fu (pour faire pompeux...)


WWW
« Répondre #31 le: 22 Mars 2013 à 06:37:12 »

La guerre se traduirait plutôt par "bīng " et le guerrier "shì bīng". L'idéogramme 兵 choisi est le bon, mais pas sa transcription phonétique Clin d'oeil

WS
Journalisée

florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #32 le: 22 Mars 2013 à 08:47:36 »

Sans doute pour du chinois moderne, mais il s'agit là d'un passage du Sun-tzu, et la traction en français est de Jean Lévi. Je n'ai donc rien choisi du tout (enfin si, la traduction de Lévi...), le caractère 兵 est celui présent dans le texte original chinois, et le terme "guerre" la traduction proposée par Lévi (et toutes les autres traductions que j'ai eu l'occasion de voir d'ailleur).

La traduction de texte ancien est toujours délicat pour ce genre de question de vocabulaire, et c'est encore plus vrai lorsqu'on traduit un texte ancien dont l'auteur emploi et interprète lui-même un texte étranger encore plus ancien.
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #33 le: 22 Mars 2013 à 08:49:16 »

Ah, et j'ai oublié de rajouter que sa transcription phonétique est ici en japonais bien entendu, à savoir "hei" (ou bien "hyō", que je n'ai pas retenu dans ce cas).
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
Wu Song
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5679


吴宋


A.M. pratiqué(s): Shaolin WuShu Gong Fu et She Quan WuShu Gong Fu (pour faire pompeux...)


WWW
« Répondre #34 le: 22 Mars 2013 à 12:11:37 »

Ah, et j'ai oublié de rajouter que sa transcription phonétique est ici en japonais bien entendu, à savoir "hei" (ou bien "hyō", que je n'ai pas retenu dans ce cas).

Ceci explique cela; mais Sun Zi étant chinois (enfin il parait) j'aurais donc plus vu le phonem chinois  Clin d'oeil

WS
Journalisée

florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #35 le: 17 Avril 2013 à 14:59:19 »

Suite du sujet précédent, cette fois sur les thèmes de la composition et de l'utilité de l'Art militaire.

Un extrait ci-dessous, la suite sur le blog :)

"La mise en œuvre de l'Art militaire

Question : J'ai demandé à être instruit dans les fondements de l'Art militaire et je les ai saisis. Cependant, tout ce qui est expliqué dans les dizaines d'ouvrages, les centaines de mots, les milliers de chapitres et les dizaines de milliers de phrases correspond aux applications de l'Art militaire. Y aurait-il aussi des éléments fondamentaux pour ces applications ? Quels sont ceux [qu'il convient] de situer comme base ?

Réponse : Il y a de nombreux éléments pour la mise en œuvre de l'Art militaire et il est difficile d'en parler uniformément. Cependant, présentée brièvement sa substance est uniquement constituée de trois [séries] d'éléments. La première comprend l'« apprentissage – application – préparation », les manœuvres en rangs et en colonnes, la gestion du camp et la construction de forteresse. La seconde est composée de la défense et de l'attaque, ainsi que de la guerre à domicile ou en terrain ennemi. La dernière consiste en les tactiques versatiles et changeantes..."
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #36 le: 14 Juillet 2013 à 10:54:18 »

Mise à jour du blog sur le thème de la transmission et de l'apprentissage de l'Art militaire. Bonne lecture :)

Comme d'habitude, un petit extrait ci-dessous.

"   Avant de s'aventurer plus loin dans les méandres de l'Art militaire, complétons la description que fait Sokō de sa transmission. Dans le Heihō wakumon, les trois questions-réponses ci-dessous se suivent et tentent de répondre de manière convaincante à une interrogation sans doute essentielle pour les guerriers de l'époque : pourquoi étudier l'Art militaire sous la tutelle d'un homme ignorant le champs de bataille plutôt qu'avec un vétéran, ou bien par soi-même ?

-----------------------------------------------------------------------------------

Le lien entre prouesse guerrière et Art militaire

Question : Ainsi, si l'on considère un guerrier né durant l'époque des provinces en guerre, foulant les champs de bataille muni de ses armes et ayant à de nombreuses reprises croisé le fer avec l'ennemi, se sera-t-il naturellement aguerri dans l’Art militaire [au point] d'accéder à l'essence de notre école ?

Réponse : Comme cela dépend de la personne concernée, il est difficile de répondre de manière tranchée. Ainsi, bien qu'on ignore le nombre de personnes ayant possédé un grand territoire, dirigé de grandes armées et assisté à chacun des combats à l'occasion des quelques dizaines de batailles des ères Genkō et Kenmu, il est dit qu'il n'y avait de guerrier égalant Kusunoki Masashige. En outre, avant ces troubles des ères Genkō et Kenmu, Masashige n'avait pas été impliqué dans de grandes batailles. Bien qu'il se fusse écoulé de nombreuses années depuis la guerre entre les Han et les Chu, un homme nommé Zhang Liang devint l'instructeur de l'empereur grâce à l’Art militaire. De plus, avant le conflit entre les Han et les Chu, Zhang Liang n'avait pas accomplit d'exploits sur le champ de bataille. Il en résulte que ce ne sont pas les guerriers qui ont l'expérience des batailles qui sont nécessairement les plus accoutumés à l’Art militaire et les plus versés dans son principe. Il existe d'importantes différences entre les prouesses guerrières et l’Art militaire."
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #37 le: 13 Septembre 2013 à 01:19:09 »

"Privilégier l'honneur dans la mort, ou bien (sa) / (dans la) vie ?"

La réponse de l'ami Sokō par là : http://histoires-guerrier-fd.blogspot.com/2013/09/privilegier-lhonneur-dans-la-mort-ou-sa.html

...

Non, pas d'extrait cette fois-ci, le texte traduit est trop court pour n'en copier qu'un morceau :p.

Bonne lecture :)
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
Chichounet
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1832


A.M. pratiqué(s): Jodo, Iaido & Kenjutsu


WWW
« Répondre #38 le: 13 Septembre 2013 à 08:36:46 »

Merci pour la traduction que j'irai lire plus attentivement.

Par contre, le titre pourrait-il être plus "clair" ?
Privilégier l'honneur dans la mort, ou bien (sa) / (dans la) vie ?"
"ou bien (sa) /" quoi ? et plus  loin "(dans la) vie ?"



C'est pas très français comme formulation et pour moi du moins incompréhensible.

 clin d'oeil



« Dernière édition: 15 Septembre 2013 à 13:27:23 par Chichounet » Journalisée

Le Kata donne les clefs, mais il n'ouvre pas les portes
http://www.shinfukan.com/
Pages: 1 2 [3]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC
Adaptation du thême de panic par Nexion.