Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Techniques-MartialesLe coin détenteDiscussionsGénérales (Modérateurs: artmintch, Hattori Aruno, Oliv 0808, Wsorhan)Éloge de la lenteur
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Éloge de la lenteur  (Lu 4228 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4483



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« le: 11 Mars 2016 à 14:49:36 »

Un article intéressant de Leo Tamaki sur les bienfaits du travail lent dans les arts martiaux.

http://www.leotamaki.com/2016/03/eloge-de-la-lenteur-dans-la-pratique-martiale.html?utm_source=_ob_share&utm_medium=_ob_facebook&utm_campaign=_ob_share_auto
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
artmintch
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5424



A.M. pratiqué(s): Karaté, Arts martiaux internes chinois


« Répondre #1 le: 11 Mars 2016 à 15:06:35 »

rien a rajouter, si ce n'est que travail lent ne veut  pas dire facilité au contraire  clin d'oeil
Journalisée
Chichounet
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1849


A.M. pratiqué(s): Jodo, Iaido & Kenjutsu


WWW
« Répondre #2 le: 11 Mars 2016 à 18:46:40 »

J'l'ai pas lu,mais je n'y manquerai pas.

Je peux dire une chose cependant : dans la vitesse, on n'apprend rien !
Ca, c'est sur.

Clin d'oeil
Journalisée

Le Kata donne les clefs, mais il n'ouvre pas les portes
http://www.shinfukan.com/
bokken
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 383



A.M. pratiqué(s): Takamura Ha Shindo Yoshin ryu (Koryu)


WWW
« Répondre #3 le: 12 Mars 2016 à 00:27:38 »

Le travail lent devrait au moins être autant travaillé que le travail plus rapide (autant qu'on ne s'entraine pas à la musique uniquement rapidement). Un deuxième article sur le sujet : https://surlespasdemars.wordpress.com/2014/08/20/rapide-est-lent-et-lent-est-rapide/
Journalisée

Danouille
Invité
« Répondre #4 le: 12 Mars 2016 à 10:46:57 »

Si j'ai bien compris, cela peux s'appliquer à n'importe quel Art Martial, voir même d'autre sport finalement ?

Il est vrai que de nos jours en club, on perd un peu cette "qualité" d'enseignement au profit de toujours plus, plus vite, plus fort...
(Je parle pour les différents sports que j'ai pu pratiquer en club)

 Sourire
Journalisée
shototai
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2067



A.M. pratiqué(s): karaté, tai chi


WWW
« Répondre #5 le: 12 Mars 2016 à 22:46:45 »

La lenteur c'est un truc pour vieux....
Journalisée

Carpe diem
vaala
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 33


A.M. pratiqué(s): aikido- yi quan- Bagua- Tai chi


« Répondre #6 le: 13 Mars 2016 à 10:39:50 »

La lenteur c'est un truc pour vieux....

 
ca ferais du bien aux jeune , mais il le savent pas
Journalisée
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4483



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #7 le: 13 Mars 2016 à 21:11:10 »

Disons (entre autres choses) que la précipitation emmène rarement la maîtrise.

Chez moi, on dit que plutôt que d'aller "vite", il faut plutôt le faire au bon rythme.  Clin d'oeil

Quant à l'aspect apprentissage, il y a des subtilités qui ne peuvent pas s'apprendre sans passer par la case lenteur le temps qu'il faut. Surtout dans des techniques requérant une lecture et un ressenti poussés du corps de l'adversaire. Après tout, on commence tous à lire lentement, syllabe pas syllabe, quand on débute l'apprentissage de la lecture. Ce n'est qu'après qu'on parvient à lire rapidement sans buter sur les mots. 


Très bon article aussi, Bokken.
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
Bastef
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 50



A.M. pratiqué(s): Anciennement Karaté Shotokan, Nihon Taijutsu, Ninjutsu actuellement


« Répondre #8 le: 16 Octobre 2018 à 17:58:52 »

Bonjour à tous.

Je déterre un vieux topic, mais après tout sur un forum le but est de participer.

Je suis encore à un carrefour de ma vie où je sens encore la fougue de la jeunesse, mais où la quarantaine approche et mes capacités physiques diminuent (et mes vieux... commentaire échappé de temps en temps par ma gamine avec ses copines  Aie Aie, ça remet quelques pendules à l'heure  ).
Je dirais, d'une part, que la vitesse du mouvement permet un développement du cardio non négligeable, mais que lorsque l'on a atteint le seuil de notre vitesse maximum dans un mouvement, il faut rechercher la finesse technique pour améliorer la pureté du mouvement,l' effectuer de manière plus relâchée, et le rendre plus efficace...

Donc travailler en lenteur pour améliorer sa vitesse, ok. Mais il y'a peut-être autre chose à développer dans la lenteur. Léo Tamaki parle d'un travail de lenteur fréquent dans certaines koryu d'arts martiaux (ici une école de iaijutsu).
Est-ce que ce n'est pas justement pour rendre plus discret le mouvement que l'on travaille dans la lenteur, enlever les mouvements parasites qui s'amplifierait si on travaillait tout en vitesse? Je vois qu'on évoque des mouvements "invisibles" chez Maître Kuroda Tetsuzan.

Et dans un combat au sabre, tout se joue dans la seconde. Le développement du cardio a t'il autant d'intérêt dans les écoles anciennes que dans un système de boxe moderne ou l'affrontement dure souvent plusieurs rounds et plusieurs minutes?
Journalisée

"Aie le courage de te servir de ton propre entendement" "Sapere aude" Emmanuel Kant
artmintch
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5424



A.M. pratiqué(s): Karaté, Arts martiaux internes chinois


« Répondre #9 le: 16 Octobre 2018 à 20:54:15 »

Citation
Est-ce que ce n'est pas justement pour rendre plus discret le mouvement que l'on travaille dans la lenteur, enlever les mouvements parasites qui s'amplifierait si on travaillait tout en vitesse? Je vois qu'on évoque des mouvements "invisibles" chez Maître Kuroda Tetsuzan.

travailler lentement, effectivement permet de décomposer les mouvements au plus "juste", le moindre détail. Ensuite on "réduit" jusqu’à arriver a quelque chose de court mais tout en gardant les principes et ajouter la vitesse. On peut dire qu'il y a ce moment la quelque chose qui peut paraitre "invisible" pas dans la lenteur mais dans la vitesse et mouvement court.
Le risque de travailler au début rapidement, est de "tronquer" ou de ne pas aller jusqu'au bout complet du mouvement.
Bon ceci est valable pour ce que je pratique, pour d'autres disciplines, je ne sais pas     clin d'oeil
Journalisée
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4483



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #10 le: 21 Octobre 2018 à 00:49:34 »

Donc travailler en lenteur pour améliorer sa vitesse, ok. Mais il y'a peut-être autre chose à développer dans la lenteur. Léo Tamaki parle d'un travail de lenteur fréquent dans certaines koryu d'arts martiaux (ici une école de iaijutsu).
Est-ce que ce n'est pas justement pour rendre plus discret le mouvement que l'on travaille dans la lenteur, enlever les mouvements parasites qui s'amplifierait si on travaillait tout en vitesse? Je vois qu'on évoque des mouvements "invisibles" chez Maître Kuroda Tetsuzan.

Le travail lent c'est en premier lieu ne pas mettre la charue avant les boeufs. Il est très improbable de savoir faire quelque chose vite avant de le faire lentement. Et quand on essaye de faire vite avant de faire bien, ça s'appelle de la précipitation.

Et dans un combat au sabre, tout se joue dans la seconde. Le développement du cardio a t'il autant d'intérêt dans les écoles anciennes que dans un système de boxe moderne ou l'affrontement dure souvent plusieurs rounds et plusieurs minutes?

Les écoles anciennes provenaient du champs de bataille où l'on marchait et se battait parfois durant des jours. Une bonne endurance était vitale. Par contre ça n'a rien à voir avec l'exécution rapide de techniques.
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
Bastef
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 50



A.M. pratiqué(s): Anciennement Karaté Shotokan, Nihon Taijutsu, Ninjutsu actuellement


« Répondre #11 le: 21 Octobre 2018 à 15:47:53 »

Les écoles anciennes provenaient du champs de bataille où l'on marchait et se battait parfois durant des jours. Une bonne endurance était vitale. Par contre ça n'a rien à voir avec l'exécution rapide de techniques.

Encore un piège de mon ego, naïvement je n'avais pas pensé à ça. Et comme disait Henry Plée:
"Et, satané ego ou sacré
subconscient, on oublie systématiquement que nos ennemis potentiels peuvent
être aussi expérimentés que nous, voire plus... et nombreux.
..."
Journalisée

"Aie le courage de te servir de ton propre entendement" "Sapere aude" Emmanuel Kant
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4483



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #12 le: 21 Octobre 2018 à 18:00:19 »

C'est aussi pour ça qu'il vaut mieux s’entraîner en pensant que la technique doit pouvoir passer sur un guerrier ou un assassin professionnel plutôt que de se limiter à l'image populaire du bagarreur de rue sans expérience qui va balancer des patates de forains téléphonées deux heures à l'avance !  Grimaçant
Mais c'est une autre histoire.
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC
Adaptation du thême de panic par Nexion.