Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Techniques-MartialesArts martiaux et sports de combatsArts martiaux et sports de combats Japonais (Modérateur: Wsorhan)Quand les deux bras nous en tombent.....
Pages: [1]   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Quand les deux bras nous en tombent.....  (Lu 966 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
shinken
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 977



A.M. pratiqué(s): Katori Shinto Ryu, Krav Maga, Aikibudo


« le: 29 Novembre 2016 à 15:29:40 »

Je discutais kenjutsu avec un copain de dojo quand face à mon enthousiasme face à notre groupe de nouveaux de cette année il me répond que ça n'à pas que des avantages : "pendant qu'on s'occupe d'eux, on ne progresse pas"...

J'étais déjà atterré par cette réponse mais ne le fit pas voir (perso je trouve que le seul fait d'enseigner nous rend plus critique et lucide envers notre propre technique). Je lui repond donc que de toute façon même si ce n'était des nouveaux, à 1:30h de cours par semaine faut pas s'attendre à des miracles à moins de pratiquer aussi chez soi et voilà qu'il me sort un véritable coups de masse : "je ne crois pas à la pratique en solitaire, l'aiki et le kenjutsu ça se vit uniquement à deux...."

Purée c'est tu dieu possible d'avoir la mémoire aussi courte ! Quand je me suis inscrit à ce club il était déjà 4 eme kyu et dès le départ je semai la controverse en pratiquant seul hors dojo. Résultat nous passèrent notre 3 eme kyu ensemble et finalement il passa son 2eme kyu en même temps que mon premier kyu. Et ce en tenant compte qu'il comprend les exercices ajustement tout de suite quand on lui montre alors que moi c'est plus long..... beaucoup plus long. Mais bon, c'est sans appel: il est inutile de s'entrainer hors dojo et les nouveaux nuisent à notre pratique.

J'ai été tenté de lui expliquer mais non, me rappelant que quand je suis arrivé au dojo après un stage et que j'eu dit aux gars que l'asso nous encourageait à "sanctionner" les erreurs en profitant de ces opportunités pour sortir du kata et placer une belle technique (le but étant d'aider le partenaire "à voir" le probleme); lui de répondre qu'il aimerait bien qu'un gus le tente et qu'il était capable de "sanctionner" en retour lui aussi... je me suis dit que pour le moment ça n'en valait peut être pas la peine, dans 10 ans peut être.
Bon bref vous aurez compris, j'en reviens toujours pas.
« Dernière édition: 29 Novembre 2016 à 15:38:28 par shinken » Journalisée

musashi
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 3190



A.M. pratiqué(s): taekwondo, hapkido, occasionnellement haidong gumdo


« Répondre #1 le: 29 Novembre 2016 à 15:39:43 »

ah ça...il y a des gens têtu partout.
chacun apréhende sa pratique comme il l'entend.
Journalisée

"il faut bien comprendre que l'entrainement ne cessera jamais"
-Miyamoto Musashi-
Xoumaster
Super Modérateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2937



A.M. pratiqué(s): Karaté Défense, Aiki, et plein d'autres choses au fil des rencontres


WWW
« Répondre #2 le: 29 Novembre 2016 à 16:17:33 »

Ah mon pauvre tu n'as pas fini de rencontrer ce type de comportement. Je l'ai souvent rencontrer en Aikido et en Yoseikan aussi. J'ai même vu des gradés (4 voir 5ème dan) refuser de passer avec des débutants en stage ou de rester entre eux.
Journalisée

"He will join us or die Master"
D Vador
Démocrate Galactique


https://www.facebook.com/karate.chamalieres/
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4291



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #3 le: 29 Novembre 2016 à 17:50:46 »

C'est le travail du sempai de faire progresser les débutants, tout comme celui de tout uke pour tori. N'empêche, je comprends un peu cette réaction.

J'aime travailler avec mes kohai et je m'applique sérieusement pour leur donner des bases solides, quitte à être ch**nt ou sévère. Mais il faut bien admettre que lorsque je fais ça, je progresse peu. Ils ont rarement le niveau pour "sanctionner" mes erreurs à moi. Le but est évidemment de les aider à acquérir ce dit niveau pour devenir eux-mêmes des uke qui m'aideront à progresser mais bon : je préfère ne pas trop penser à ma progression quand je passe un entrainement à diriger mes kohai vers la bonne forme et la bonne manière.  Grimaçant

Quant au travail à la maison, il est important, c'est un fait et rien ne m'horripile plus que de voir certains de mes buyu, parfois même plus anciens que moi, venir au dojo comme des touristes et qui ne font visiblement pas leurs devoirs.  Grimaçant 

Cependant, il faut reconnaître que dans les arts martiaux japonais anciens, le travail nécessite la plupart du temps de travailler à deux. Que ce soit avec ou sans arme, le combat suppose un échange qu'on peut difficilement simuler seul. Après, loin de moi l'idée que travailler seul ne sert à rien : au contraire, c'est souvent le bon moyen d'affiner ses formes et ses postures à son rythme, sans devoir prendre en compte celui de son partenaire. Je dirais que les deux sont complémentaires, même si le travail solitaire ne peut remplacer le travail à deux.
« Dernière édition: 29 Novembre 2016 à 20:14:49 par Hattori Aruno » Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
mathieu
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 90



A.M. pratiqué(s): Jujutsu, taekwondo, Wado ryu


« Répondre #4 le: 30 Novembre 2016 à 11:36:47 »

Je rejoins assez Hattori dans sa réponse.

Enseigner à des débutants va certes nous appendre à être plus critique sur nous même et nous pousser à réfléchir plus en profondeur à notre technique et notre pratique, mais sur un plan purement technique, enseigner ne nous fais pas vraiment progresser.

Pour ce qui est du travail seul, encore une fois je pense qu'Hattori à raison. Il est indispensable à la pratique des arts martiaux, et l'on ne peut pas progresser correctement si l'on ne travail pas un minimum seul. Mais ça ne marche que pour le travail de forme (kata, taolu, poomse, etc) renforcement, répétition des techniques de percussion. Pour ce qui est du travail d'application (bunkai ou self), l'apprentissage des clés ou des projections, on est obliger de travailler par deux.

Ce qui compte le plus au final, c'est de s'entraîner et de pratiquer le plus sérieusement et le plus sincèrement possible ; que se soit lorsque l'on transmet à des débutant, ou bien lorsqu'on s'entraîne seul ou à deux.

Personnellement, ce qui me choque le plus dans la réaction de ton partenaire, ce n'est pas tellement ce qu'il dit, mais plutôt la pensé sous-jacente à ses propos. Il semble avoir une certaine estime de lui même et surtout une compréhension faussé, je pense, de ce que son les arts martiaux et leur pratique. 
Journalisée

Wolk On !
Chichounet
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1828


A.M. pratiqué(s): Jodo, Iaido & Kenjutsu


WWW
« Répondre #5 le: 01 Décembre 2016 à 16:53:51 »

(perso je trouve que le seul fait d'enseigner nous rend plus critique et lucide envers notre propre technique).

Tout est dit et contenu dans cette phrase car celui qui ne sait pas tirer un enseignement pour lui même quand il enseigne, même à un débutant, ne vaut rien pour lui même et pas grand chose pour celui à qui il enseigne.
Parce que :
Le débutant est le reflet de ce par quoi le plus ancien est passé. En le  voyant faire et en lui enseignant, c'est une façon de se souvenir de nos propres travers, de vérifier si nous en transportons encore, donc, de les rectifier et de chercher à voir si nous ne faisons comme si ou comme ça encore maintenant comme le débutant ou le moins avancé.
Bref en deux mots, enseigner à l'autre, c'est en même temps s'enseigner à soi même.
C'est aussi être le plus rigoureux possible quand on montre quelque chose.
A coté de ça, s'entraîner avec des gens de son propre niveau ou de niveau supérieur apporte aussi, mais différemment et je dirais tout cela est  complémentaire.

Encore faut-il avoir un certain niveau pour ne pas enseigner d'âneries, naturellement.
Journalisée

Le Kata donne les clefs, mais il n'ouvre pas les portes
http://www.shinfukan.com/
shinken
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 977



A.M. pratiqué(s): Katori Shinto Ryu, Krav Maga, Aikibudo


« Répondre #6 le: 01 Décembre 2016 à 20:13:23 »

Ce que je vois parfois.... c'est des bases enseigné par de gens qui ne les maîtrisent pas du tout : on enseigne le tenoutchi en insistant pour que les "v" soient sur les dessus (tenue de la poignée) mais en la tenant dans les cotés et avec la main droite sur la "lame" dans les exercices subséquent. On insiste sur l'idée d'amortir la frappe adverse et de la canaliser avant de répliquer (au lieu de bloquer) mais dans le kata suivant le bokken claque comme du .22long rifle. On enseigne le mouvement de coupe mais aussitôt dit aussitôt oublié et je ne parle pas du maki-uchi men ou parfois le gus qui viens de l'apprendre il y 10 minutes le maîtrise mieux que l'ancien qui viens de lui montrer.
Et après, ces mêmes personne s'interrogent sur l'utilité de pratiquer tout seul de temps en temps, ne serais-ce que pour se concocter des suburis adapté à la technique ou la base qu'ont souhaite maitriser ou avec lequel on à un peu plus de difficulté.
« Dernière édition: 02 Décembre 2016 à 05:19:33 par shinken » Journalisée

jéjé17
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 22


A.M. pratiqué(s): Karaté Goju-Ryu


« Répondre #7 le: 28 Janvier 2017 à 23:22:37 »

Tout à fait d'accord avec ce qui vient d'être dit plus haut, mais à par que ...

Lors d'un stage, je peut comprendre qu'un gradé puisse préférer travailler avec quelqu'un de son niveau, justement pour pouvoir travailler "à son niveau".

Ce que je veut dire, c'est que, à moins d'être "mandaté" pour s’occuper d'un groupe lors qu stage (rôle du Sempaï) le gradé et là aussi en stage avec la volonté et la recherche d'apprendre et de travailler "pour lui".

Toutefois, je suis tout à fait d'accord sur les points suivants :

Journalisée
jéjé17
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 22


A.M. pratiqué(s): Karaté Goju-Ryu


« Répondre #8 le: 28 Janvier 2017 à 23:25:30 »

Zut, petite erreur de frappe ...  je doute

Donc je disais :
- L'entrainement personnel et à mon sens primordial,
- Le soutient aux autres pratiquants (quelque soit le grade) l'ai aussi.

Et oui, on gagne à être Senseï ou Sempeï, car nous devons nous forcer à être pédagogue et à faire comprendre les messages que l'on faire passer.
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC
Adaptation du thême de panic par Nexion.