Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Techniques-MartialesLa pratiqueCultureHistoire / Traditions (Modérateur: Wu Song)Une définition du bushidô selon le "Koku shi dai jiten"
Pages: 1 [2] 3   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Une définition du bushidô selon le "Koku shi dai jiten"  (Lu 12668 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #15 le: 31 Janvier 2013 à 05:37:01 »

Bonjour et bonne année 2013 à tous ! Après une fin/un début d'année chargé, voici enfin une mise à jour du blog. Au programme cette fois-ci, la dernière partie sur le bushidō de l'époque d'Edo (extrait ci-dessous). Bonne lecture :)

http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/

  "Muro Kyūsō est un néo-confucianiste représentatif du milieu de l'époque d'Edo. Son nom véritable était Naokiyo, son nom courant, Shinsuke. Il naquit en 1658 à Yanaka, Edo, d'un père médecin, Muro Genboku ; après avoir été engagé par la maisonnée Maeda du fief de Kaga, il fut ordonné par le seigneur Maeda Tsunanori 前田綱紀 de se rendre à Kyōto afin d'étudier le néo-confucianisme sous la direction de Kinoshita Jun.an. Parmi les autres disciples se trouvait Arai Hakuseki, et ils étaient tous deux considérés comme étant extrêmement brillants. En 1711, suite à une recommandation de Hakuseki, il devint vassal direct du shōgun sous le titre de confucianiste du shogunat pour un traitement de 200 hyô.

    Par la suite, une fois que Hakuseki et sa politique dite de l'ère Shōtoku disparurent du devant de la scène, Kyūsō fut engagé en tant que tuteur du shōgun suivant, Yoshimune. Ayant gagné sa confiance, il put, durant un temps, participer à l'élaboration des mesures politiques et faire diverses propositions à leur sujet. L'influence de Kyūsō sur de nombreuses facettes de la réforme de l'ère Kyōhō menée par Yoshimune a été démontrée.

    Mei kun ka kun, l'ouvrage qu'il rédigea en 1715, présente les justes relations vassaliques sous la forme d'un discours tenu par un seigneur éclairé, mei kun 明君 (que l'opinion publique interpréta par la suite en tant que représentation de Yoshimune), à ses vassaux.

    En résumé, seigneur et vassaux doivent considérer la « poursuite du bien et la correction du mal » comme étant leur devoir premier ; à cette fin, le début de l'ouvrage insiste sur la nécessité des « opinions différentes » et des « remontrances adressées au seigneur ». « Je crains nuit et jour d'agir à l'encontre de la voie d'un seigneur digne de ce nom, ainsi qu'à l'encontre de la volonté de chacun. S'il le moindre aspect de mon attitude ou de ma gestion du fief laisse à désirer, ou bien que vous désirez me faire part d'une réflexion, adressez-vous à moi sans la moindre hésitation », affirme le seigneur éclairé."
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #16 le: 31 Janvier 2013 à 05:50:40 »

Même aux toilettes?  très surpris  Grimaçant

WS

SURTOUT aux toilettes :p

Personnellement ce que je recherche depuis plus d'un ans c'est le code de l'arc et du cheval (qui soit dit en passant n'a absolument rien à voir avec l'art de tirer à l'arc à partir d'un cheval). Code de l'époque ou les samurais étaient de véritable guerrier (1200, 1400)et qui plus tard donna naissance au bushido.

Pas moyen de mettre la main sur ce code, peut être n'en existe plus aucune trace aujourd'hui ???

Si quelqu'un peut m'aider sur ce coup-là....

La revue des Annales avait publié la traduction d'un article japonais sur le sujet, ou pas loin. Enfin, plus que la Voie de l'arc et du cheval, il traite de l'image du guerrier à l'époque concernée, vue à travers les récits épiques (Dit du Heike & cie).

SAEKI, Shin’ichi, « L’invention du samouraï », SOUYRI, Pierre-François (trad.), Annales HSS n°4, juillet-août 2008.

S'il n'est pas trouvable physiquement ou sur le net, on peut s'arranger par MP.
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4460



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #17 le: 31 Janvier 2013 à 12:52:42 »

Personnellement ce que je recherche depuis plus d'un ans c'est le code de l'arc et du cheval (qui soit dit en passant n'a absolument rien à voir avec l'art de tirer à l'arc à partir d'un cheval). Code de l'époque ou les samurais étaient de véritable guerrier (1200, 1400)et qui plus tard donna naissance au bushido.

Quand même un peu, si, puisque c'est l'époque Kamakura, effectivement grand âge chevaleresque pour les samurai où la guerre était principalement une affaire de noblesse armée. Noblesse qui appréciait s'affronter sur le champs de bataille à l'archerie montée.  Sourire
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
shinken
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 977



A.M. pratiqué(s): Katori Shinto Ryu, Krav Maga, Aikibudo


« Répondre #18 le: 31 Janvier 2013 à 13:22:15 »

au fil des lectures on se rend compte que les vieux de la vielle reprochaient au plus jeunes de déroger à l’ancien code avec ces nouvelles visions qui finirent par constitué le bushido, notamment cette fascination de la mort.

On sais que le bushido fut élaboré à partir de l’ancien code, je ne suis pas le seul à penser qu'il fut élaboré pour emprisonner le bushi (le guerrier professionnel) d'origine dans le role de samourai (serviteur armé) fidèle et docile. Avec le temps même le terme bushi fini par être travestie en désignant l'aristocratie armé.

Pour les livres je ne suis pas pressé, consacrant tout mon temps libre à la pratique du TSKSR (j'ai un horaire de travail fragmenté, ç'est pratique), de temps en temps je prend un souffle et fait le tour des forums.
Pour « L’invention du samouraï » je vais faire une exception et chercher, merci du tuyau.
« Dernière édition: 31 Janvier 2013 à 13:24:42 par shinken » Journalisée

florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #19 le: 01 Février 2013 à 01:04:32 »

au fil des lectures on se rend compte que les vieux de la vielle reprochaient au plus jeunes de déroger à l’ancien code avec ces nouvelles visions qui finirent par constitué le bushido, notamment cette fascination de la mort.

On sais que le bushido fut élaboré à partir de l’ancien code, je ne suis pas le seul à penser qu'il fut élaboré pour emprisonner le bushi (le guerrier professionnel) d'origine dans le role de samourai (serviteur armé) fidèle et docile. Avec le temps même le terme bushi fini par être travestie en désignant l'aristocratie armé.

Je pense que tu pars un peu du mauvais pied là. Plus je lis (documents d'époque comme ouvrages académiques), plus je suis convaincu qu'il faut absolument éviter les généralisations du style "les vieux de la vielle reprochaient au plus jeunes de déroger à l’ancien code" ou "il fut élaboré pour emprisonner le bushi (le guerrier professionnel) d'origine dans le role de samourai (serviteur armé)". Déjà, le contexte socio-économique joue un très grand rôle dans la formation de ces discours guerriers, aussi il est nécessaire de le connaître suffisamment avant d'avancer ce genre de supposition (ce que je ne me risquerais pas de faire). Ensuite, je doute très fortement que quoi que ce soit fut réellement "élaboré" avec pour but conscient d'apaiser les farouches guerriers (et il faut aussi faire très attention aux termes, "bushi" et "samurai" ne correspondent pas toujours à "guerrier professionnel" et "serviteur armé"). Le processus de formation d'un discours sur le bushidô plus ou moins unifié au cours de l'époque Meiji peu sans doute être vu comme ce genre d'outil idéologique, mais le(s) cas de l'époque d'Edo est bien différent.

Bref, je ne cherche pas à te dire que tu as tord et que j'ai raison ; j'estime simplement que c'est un sujet très riche et complexe, et qu'il est sans doute plus pertinent et instructif de simplement lire les textes d'époque pour ce qu'ils sont/étaient, sans vouloir par trop synthétiser.
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
shinken
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 977



A.M. pratiqué(s): Katori Shinto Ryu, Krav Maga, Aikibudo


« Répondre #20 le: 01 Février 2013 à 03:50:26 »

La-dessus je te fait entièrement confiance, concernant le bushido tu en sais plus que moi. Ce que j'ai écrit est un résumé de ma compréhension actuel et si je n'hésite à l'exprimer face à quelqu'un que je sais plus au fait que moi c'est que je sais que je ferai réagir, qu'on me corrigera.
Du coups j'en apprend un peu plus.
Journalisée

florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #21 le: 01 Février 2013 à 08:34:39 »

Et je viens de me rendre compte que j'aurais très bien pu résumer mon intervention par le message de ta signature : "Doucement, avec précision"^^. Applicable dans de nombreuses situations, à n'en point douter :)
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #22 le: 13 Février 2013 à 14:54:54 »

Voici enfin la conclusion de ce premier chapitre du blog sur le bushidō : " "Bushidō, terme indéfinissable et inemployable ?" !

http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/2013/02/bushido-terme-indefinissable-et.html

Bonne lecture Clin d'oeil

   « Ci-dessus figurent les principaux représentants des points de vue sur le bushidō qui furent développés durant l'époque des Tokugawa.

    La loyauté envers son seigneur figure évidement en tant que l'un des points majeurs adressés par ceux-ci. Dans les relations vassaliques selon le groupe d'Ansai, un discours quasi fanatique de seigneur absolu est mis en avant. Et, tout en faisant preuve d'un minimum de réserve, il est possible de dire que la position prise par Ōkubo Tadataka dans le Mikawa monogatari est proche, dans l'esprit, de celle d'Ansai.

    Il est évident que la loyauté envers son seigneur était une question centrale des discours sur le bushidō ; néanmoins, de nombreux guerriers ne s'arrêtaient pas uniquement à la loyauté au sein des relations vassaliques, mais portaient plutôt le sens du devoir même – déterminant aussi la loyauté – en tant qu'élément fondamental du bushidō.

    Dans le Budō shoshin shū, Daidōji Yūzan explique que « S'appliquer à agir avec rectitude et non en opposition au sens du devoir, et la Voie du guerrier se réalisera » ; de même, il affirme clairement que « la rectitude correspond au bien, son contraire, au mal ; ne pas discerner l'un et l'autre et agir contrairement au sens du devoir n'est pas la volonté du guerrier ».

    Muro Kyūsō, de même, fait de l'« attitude inflexible et droite » la composante au cœur de l'identité guerrière. Comme l'illustre clairement l'affirmation « ne pas flagorner ses supérieurs ni dédaigner ses inférieurs », Kyūsō propose avec cette attitude inflexible et droite un concept ne s'arrêtant pas au cadre exigu de la loyauté envers son seigneur, mais constituant, pour le guerrier en tant qu'individu, la Voie à emprunter dans le cadre général d'une société incluant l'individualité.

   Selon Kyūsō, un tel « sens du devoir » correspond à la présentation faite précédemment, soit chercher à agir honnêtement, de manière désintéressée, selon l'étiquette, sans flagornerie ni dédain, en respect de ses engagements et avec rectitude, au secours des faibles, avec décence, résolution et une conviction inébranlable, avec justesse et force de caractère, chaleureusement et avec compassion. Et la loyauté envers son seigneur, explique Kyūsō, ne se réalise qu'à partir du moment où elle se base sur une telle conception propre à l'« attitude inflexible et droite ».

     C'est ce « sens du devoir » qui constitue le cœur du bushidō ; de le Sundai zō wa, un autre ouvrage de Kyūsō, ce dernier présente cette conception de la manière suivante... »
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
Sobek
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 229



« Répondre #23 le: 13 Février 2013 à 22:40:10 »

    néanmoins, de nombreux guerriers ne s'arrêtaient pas uniquement à la loyauté au sein des relations vassaliques, mais portaient plutôt le sens du devoir même – déterminant aussi la loyauté – en tant qu'élément fondamental du bushidō.
Et d’encore plus nombreux guerriers étaient fourbes, prompts aux coups bas et intéressés par leur devenir personnels… comme tout homme normalement constitué.
Journalisée
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #24 le: 14 Février 2013 à 01:38:52 »

Certes, mais je ne vois pas où tu veux en venir...? Si tu lis l'article en entier, tu te rendras compte qu'on parle ici de discours tenu par les guerriers sur l'idéal qu'il se faisait de leur statut, et non pas de la situation réelle, forcément plus nuancée. Je le précise même à la fin de ma conclusion :)
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
Sobek
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 229



« Répondre #25 le: 14 Février 2013 à 01:55:15 »

Ho mais je ne le conteste pas. Clin d'oeil
C'est juste que ces discours sur le " code guerrier" me laissent rêveur.

Il y en aurait des choses à dire que l'image que les "guerriers" donnent et l'image qu'ils ont d'eux même...
« Dernière édition: 14 Février 2013 à 02:20:28 par Sobek » Journalisée
florent
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 30



A.M. pratiqué(s): Tenshin Shōden Katori Shintō ryū


« Répondre #26 le: 14 Février 2013 à 03:18:19 »

Oui beaucoup de choses... mais malheureusement les sources fiables sont rares ! Il reste des tonnes d'écrits de l'époque, mais en tirer une image aussi proche que possible du réel est une tâche ardue, si ce n'est impossible. M'enfin, c'est pas mon sujet de recherche, je laisse le boulot à un(e) autre^^.
Journalisée

Blog photo/vidéo http://flo-hitotsubashi.blogspot.jp/
Histoire(s) de guerriers japonais http://histoires-guerrier-fd.blogspot.jp/
Hattori Aruno
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4460



A.M. pratiqué(s): karate quelques annees, bujutsu, ninjutsu


« Répondre #27 le: 14 Février 2013 à 09:52:07 »

Je pense aussi qu'entre l'image idéale du bushi que véhiculaient ces écrits et la réalité du terrain, il devait y avoir une certaine différence. Aujourd'hui encore, l'image est encore romancée et idéalisée partout, après tout.
Journalisée

Avant de nous rejoindre, le petit scarabée comme le vieux grillon se doivent de lire attentivement les conditions d'utilisation du forum.
shinken
Membre initié
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 977



A.M. pratiqué(s): Katori Shinto Ryu, Krav Maga, Aikibudo


« Répondre #28 le: 14 Février 2013 à 14:00:21 »

Je pense aussi qu'entre l'image idéale du bushi que véhiculaient ces écrits et la réalité du terrain, il devait y avoir une certaine différence. Aujourd'hui encore, l'image est encore romancée et idéalisée partout, après tout.

Mouais bien c'est comme quand on dit qu'on est chrétien, boudiste ou mahométant... il y à les grandes lignes et il y à le reste.
Journalisée

Wu Song
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5679


吴宋


A.M. pratiqué(s): Shaolin WuShu Gong Fu et She Quan WuShu Gong Fu (pour faire pompeux...)


WWW
« Répondre #29 le: 15 Février 2013 à 12:43:44 »

il y à les grandes lignes et il y à le reste.

Tu parles des croisades, de la St Barthélémy ou d'autre chose?  Grimaçant

OK  je sors

WS
Journalisée

Pages: 1 [2] 3   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC
Adaptation du thême de panic par Nexion.