Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.
Avez-vous perdu votre courriel d'activation?

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Techniques-MartialesLa pratiqueLes armes (Modérateurs: artmintch, Hattori Aruno, Oliv 0808, Wsorhan)Les armes d'arts martiaux
Pages: 1 [2] 3   Bas de page
Imprimer
Auteur Fil de discussion: Les armes d'arts martiaux  (Lu 7947 fois)
0 Membres et 1 Invité sur ce fil de discussion.
Wu Song
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5679


吴宋


A.M. pratiqué(s): Shaolin WuShu Gong Fu et She Quan WuShu Gong Fu (pour faire pompeux...)


WWW
« Répondre #15 le: 03 Avril 2007 à 13:02:55 »

Et bien ca tombe bien, hier à l'entraînement, nous avons fait des coups de coude : en prolongement d'un coup de pied direct, se déplacer légèrement à la réception du coup de pied sur le côté de l'adversaire, puis en même temps se placer en mah bu (cavalier) face à l'adversaire (dont on voit donc son 2/3 profil) et donner coup de coude pénétrant dans les côtes.

C'est bien la 1ère fois que j'arrive à bien pratiquer un coup de coude, car étant grand, je prends mes distances pour les coups de pied, ce qui fait que j'ai toute lattitude à la réception pour pénétrer et toucher l'adversaire.

Merci ShiFu

Wu Song
Journalisée

indera
Invité
« Répondre #16 le: 06 Juillet 2007 à 20:58:26 »

Alors les armes dont on nous apprends le maniement en kobudo dans le dojo ou je vais sont :



Saï
Tonfa
Nunchaku
Katana
Kama

sachant que les 2dernières armes demandent un grade minimum pour être pratiquée et aussi qu'il faut atteindre un certain niveau de pratique avec une arme pour pouvoir passer à la suivante ce qui est logique!
Il est plus éfficace de ne connaître qu'une seule arme mais de savoir comment réagir avec que d'en connaître 6 mais de ne pas savoir quoi faire lorsque qlq un vous attaque!

Ensuite, l'ordre cité est l'ordre dans lequel elles nous sont enseignées et je pense qu'il est assez judicieux car le bô permet à un débutant de se familiariser sur les changements de mains en tenant un élément unique et de part sa taille, le débutant peut garder une bonne distance par rapport à son adversaire car en général, il craint le combat rapproché quelque soit l'art martial qu'il pratique.
Par sa pratique, elle devient vraiment une arme dont on ne se lasse jamais car il offre une palette de coups et de techniques très variées.

Le saï, arme radicalement plus offensive et vicieuse que le bô, c'est une arme de corps à corps mais qui offre tt de même une très belle allonge.
Cette arme est double ou triple donc elle permet vraiment une forme de coups supplémentaires (simultané ou non) par rapport au bô
Sa structure éffilée et composée de 3pointes lui donne vraiment son identité propre lors de sa manipulation.
Il s'agit aussi de la première arme qui vous permet de prendre conscience, sans se faire trop mal, qu'une arme peut être dangereuse pour vous en la manipulant mal.
À cause des piques extérieurs de nombreux débutant en ramenant leur arme au niveau de leur taille se "plante" une pointe extérieure dans la hanche.
ça permet de prendre conscience qu'il faut tjs avoir en tête comment est positionné votre arme sans la regarder.

Le tonfa, arme qui, selon moi, est un très bon compromis entre le défensif et l'offensif.
Elle est redoutable et très rapide.
Comme les saï, ils peuvent être maintenus en ouverture ou en fermeture mais aussi être pris en tomahawk.
À ce moment là, il est tjs nécessaire de bien savoir ou est la poignée ainsi que sa position suivant la technique que vous allez enchainer.

Le nunchaku, alors là, on augmente le facteur vitesse mais pas énormément par rapport au tonfa, c'est une arme très impressionante lorsqu'elle se trouve dans les mains de votre partenaire et qu'il va appliquer une technique contre une de vos attaques donc c'est compréhensible qu'on ne mette pas ça dans les mains d'un débutant, à nouveau elle offre une belle palette de possibilité de coups, de défenses, de clefs, de fractures, d'étranglements.

Le katana et le bokken, pas besoin de dire ce que c'est, ni de dire que sa manipulation est vraiment difficile à cause de sa fragilité si on la manipule mal et du danger qu'elle répresente.
C'est une arme tranchante qui demande énormément de concentration et de respect comme les autres armes d'ailleurs mais celle-ci est selon moi vraiment la plus complexe.

Le kama, armes doubles. ça ressemble à de petites fauscies.
Le baton à environ la longueur de l'avant bras (comme le bois le plus long du tonfa et la pointe la plus longue du saï) et il est surmonté d'une lame tranchante qui se termine en pointe, ce sont les caractéristiques qui font d'elles une paire d'arme redoutable.
À nouveau, l'important est tjs de savoir ou est votre lame pour qu'elle ne représente pas un danger pour vous-même.

En dehors des aspects typiques à chaque arme, bloquer, frapper, lancer, transpercer, trancher s'ajoute une grande diversité de clefs, de saisies, d'étranglements,...

Voilà ... J'espère avoir répondu à la question que j'anticipais qui était de savoir pourquoi on apprends tel arme avant une autre et pq j'ai compris que c'était judicieux de le faire de cette manière.

Parce qu'on peut parler des heures et écrire une infinité de pages sur les caractéristiques d'une arme sans pour autant être complet, je ne vais pas parler d'avantage.
J'ai effleuré les aspects les plus basiques et évident du kobudo.
Il y a vraiment énormément de choses à comprendre par soi-même et à découvrir en s'entrainant, c'est bien plus instructif que le fait d'avoir tout sur un petit plateau d'argent.
C'est un peu le même principe pour tout les arts martiaux d'ailleurs...


En résumé, je pense qu'il s'agit vraiment d'un très beau complément à un art martial à main nue et l'importance de la hanche, de la respiration etc. entrent autant en ligne de compte que pr le combat à main nue.

À bientot!

Journalisée
Gaenon
Invité
« Répondre #17 le: 06 Juillet 2007 à 22:17:08 »

Sympa les p'tites descriptions de chaque arme ^^.

Au passage, je suis au point d'écrire un article sur le nunchaku. Dès qu'il est prêt, je le publie.
Journalisée
wushutao
Invité
« Répondre #18 le: 06 Juillet 2007 à 22:40:42 »

Très bon message d' Indera  :) Interessant et bien écrit, merci à toi.

Je suis impatient de lire ton petit sujet sur le nunchaku Gaenon  :)
Journalisée
Gokiburi
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 118



A.M. pratiqué(s): gokiburi-jutsu


WWW
« Répondre #19 le: 16 Juillet 2007 à 10:03:33 »

le bâton long , l'arme reine pour apprendre les distances et se donner correctement la mesure des angles et le travail nécéssaire d'éducation de la forme de corps (tai jutsu)qui sera ensuite repris pour travailler d'autres armes( épées, sabres, fléau,chaine, poignards,etc)
Journalisée

une cafetière sans café, part s'acheter un quarte heure, à quelle heure va t-elle croiser le camembert à vapeur ?
he who has a why to live for can bear nearly any how
wushutao
Invité
« Répondre #20 le: 16 Juillet 2007 à 17:56:37 »

le bâton long , l'arme reine pour apprendre les distances et se donner correctement la mesure des angles et le travail nécéssaire d'éducation de la forme de corps (tai jutsu)qui sera ensuite repris pour travailler d'autres armes( épées, sabres, fléau,chaine, poignards,etc)

Effectivement, bonne remarque l'ami. Le bâton est bien plus d'une arme en arts martiaux, c'est également un outil formidable pour l'apprentissage.  Clin d'oeil

Il faudre au passage que l'on fasse un petit sujet sur le baton.
Journalisée
Gokiburi
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 118



A.M. pratiqué(s): gokiburi-jutsu


WWW
« Répondre #21 le: 18 Juillet 2007 à 09:37:28 »

par contre j'ai oublié de préciser que j'étais assez surpris du message d'indera
le katana appartient à l'arsenal des arts japonais (kobudo japonais (rien à voir avec le ryu kyu kobudo), kenjutsu, iaijutsu)
je n'avais pas connaissances d'écoles de kobudo okinawaien qui enseignaient le katana(nihon-to) kama, nunchaku,sai,et tonfa n'étant pas eux au nombre des armes du kobudo japonais j'en déduit que l'art pratiqué par indera est le ryu kyu kobudo qui comme je viens de la préciser n'inclut généralement pas la pratique du nihon-to
Journalisée

une cafetière sans café, part s'acheter un quarte heure, à quelle heure va t-elle croiser le camembert à vapeur ?
he who has a why to live for can bear nearly any how
artmintch
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5246



A.M. pratiqué(s): Karaté, Arts martiaux internes chinois


« Répondre #22 le: 18 Juillet 2007 à 10:22:33 »

j'ai toujours été attiré par les armes des AM.
j'ai fais des petites expériences avec l'épée, le sabre, le bâton court, nunchaku, mais ou je suis plus a l'aise et que je préfère presque aux autres c'est le :Bo, j'y retrouve des sensations et un prolongement aux techniques a mains nues
Journalisée
indera
Invité
« Répondre #23 le: 18 Juillet 2007 à 13:15:20 »

Salut!

Oui, Gokiburi, je vais même appuyer ta surprise en ce qui concerne le kobudo d'Okinawa par rapport à ce qui nous est enseigné.

Pour être honnête, je ne savais pas que le kobudo avait d'autres origines que celle d'Okinawa

Et en effet, on peut dire que la majorité des armes que nous utilisons à un rapport avec le kobudo d'Okinawa et que les sources du kobudo d'Okinawa est justement un moyen par des outils détournés, entres autres agricole, de trouver une alternative vis-à-vis des interdictions concernant la pratique du sabre par les habitants de l'île.

Donc, ensuite, j'ai rebondi sur ton message pour essayer de comprendre les origines historiques du Kobudo et j'ai découvert ceci :

Apparement ... Il y a 3 origines de kobudo différents.

Celui de l'île de Honshu
Destinée à une population plus aisée que le kobudo d'Okinawa qui lui est destiné à une population plus rural.
Il inclut katana, wakizashi, tanto, bo, jo, yari, naginata, nagamaki.

Celui d'Okinawa qui a été cité plus haut

Et le style Motobu-ha de la famille royale d'Okinawa
Lui, influencé par des experts chinois et japonais et intègre les armes tranchantes d'origine chinoise en plus des armes du kobudo d'Okinawa.


Voilà pour l'histoire et franchement n'hésitez pas à y ajouter des précisions.

Donc en gros... Si tu veux une réponse historique, on pourrait dire que je pratique le Kobudo de manière plus générale que typiquement Okinawaien...
C'est pas faux mais ce serait trop facile de se contenter de cette réponse...

L'histoire, c'est bien, c'est beau et c'est utile mais je pense qu'au delà de la vérité historique concernant un art qu'on pratique dans le présent, le pratiquant et les écoles doivent faire un peu place aussi à la logique et jouir des interdictions abolies...

Je pense que c'est très important dans le kobudo d'Okinawa d'aujourd'hui, d'intégrer le katana car :

comment un élève peut-il se préparer à se défendre contre un katana, si il ne l'a jamais eu face à lui?

La suite logique est de dire,

comment dans un dojo, on peut apprendre à se défendre éfficacement contre une arme qui n'est pas "maitrisée" donc ça inclut l'apprentissage de cette arme pour que les attaques soient éfficaces même si parfois une utilisation différente ou simplement maladroite d'une arme peut aussi surprendre.

Comment un élève peut-il comprendre un katana si il ne l'a jamais eu en main?
Le meilleur moyen de se défendre contre une arme est de connaitre cette arme pour savoir comment attaquer, comment se défendre, ou l'adversaire va-t-il m'attaquer?
par exemple, celui qui porte le katana essayera sans doute de porter ses coups dans la partie interne des membres pour toucher directement les veines. Et bien d'autres encore...


Donc voilà, une fois de plus, je pense que c'est la logique qui doit être prise en compte pour entre autres, ne pas avoir une inconnue devant soi alors que le kobudo d'Okinawa tant dans le passé qu'aujourd'hui inclu des défenses contre Katana, on pourrait dire "oui mais il y a le bokken" oui mais le bokken doit être manié correctement surtout si il a pour fonction d'évoquer un katana et ensuite le bokken ne remplacera jamais la sensation d'avoir une lame face à soi ou dans ses mains.


Je ne sais pas si tu comprends un peu mieux car je ne sais pas si je suis très clair enfin si pas, j'espère que ce sera au minimum une piste pour ta compréhension ou déclencher une suite logique de question réponse qui te prouvera la nécessité d'intégrer le katana dans une école même si c'est en effet assez rare!

Et d'un autre côté merci de m'avoir forcer à m'éclairer sur les autres origines du Kobudo car je ne connaissais que celui d'Okinawa.

À bientot
Journalisée
Gokiburi
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Messages: 118



A.M. pratiqué(s): gokiburi-jutsu


WWW
« Répondre #24 le: 18 Juillet 2007 à 13:30:54 »

non c'est tres clair

ceci étant je n'ai pas dit que le ravail du katana n'était pas intéréssant pour le pratiquant de ryukyu kobudo, juste que c'était plutot unorthodoxe comme approche, puisque justement historiquement parlant on justifie de l'apparition du kobudo par le fait que les okinawaiens n'avaient pas autorisation à porter des armes

mais ton point de vue est pertinent ! c'est pour cela que lorsque je vois certains cours de kravmaga où on enseigne aux élèves à se défendre contre des armes à feu , ça me fait rire
sur un semi automatique par exemple ils invitent à dégager la mire par une main posée sur le dessus de l'arme , or si il y a départ de feu, rien que la fait que le mouvement de culasse se fasse ça va faire une drole de sensation sur la main( c'est ok avec un revolver mais pas avec un semi automatique) alors que si on sait ne serais que manipuler un peu l'arme on ne fait pas cette erreur
dans le même ordre d'idée ça n'est pas tout d'apprendre comment désarmer un pistolet mais une fois qu'on l'a en mains, qu'est ce qu'on fait, sauras t-on le décharger, puis le neutraliser (faire sortir le clip et remettre la sécurité)?

donc je suis d'accord avec ton point de vue

ok pour les origines du kobudo je ne connaissais que le kobudo japonais (honshu) et celui des ryukyu, je ne faisais pas de différence entre le kobudo de shinpo matayoshi et celui de uehara qui est l'héritier de l'art des motobu (motobu udonte (une forme de tode spécifique à la famille motobu) et que j'avais vu manier des sabres chinois à okinawa, pour moi il s'agissait juste de deux formes de kobudo d'okinawa
Journalisée

une cafetière sans café, part s'acheter un quarte heure, à quelle heure va t-elle croiser le camembert à vapeur ?
he who has a why to live for can bear nearly any how
ngazidja93
Invité
« Répondre #25 le: 31 Juillet 2007 à 22:31:01 »

je me familiarise au nunchaku, au katana ainsi qu'au tonfa sinon je vais essayer de m'orienté vers des arme un peu plus médiéval genre épée de croisé ou cimeterre turque
Journalisée
hinichi
Invité
« Répondre #26 le: 01 Août 2007 à 12:17:52 »

pour ma part si je pouvais suivre un entraînement au kobudo...je m'orienterai vers la yari (lance) et l'eku (rame)...et bien sûr le bo (bâton long) qui est la base d'entraînement de ces armes...mais bon là où j'habite il n'y a pas de cours de kobudo.  Pleurs

pour en savoir plus :
http://www.oshukai.com/kobudo/armes.htm
Journalisée
GreenShadow
Membre validé
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 466



A.M. pratiqué(s): Kyokushin


WWW
« Répondre #27 le: 02 Août 2007 à 07:46:02 »

L'entrainement au bâton cours semble très utile car c'est un objet qui n'est pas rare dans les rues. Enfin, c'est ce que je pense.
Journalisée
artmintch
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 5246



A.M. pratiqué(s): Karaté, Arts martiaux internes chinois


« Répondre #28 le: 02 Août 2007 à 09:23:20 »

L'entrainement au bâton cours semble très utile car c'est un objet qui n'est pas rare dans les rues. Enfin, c'est ce que je pense.

et assez facile a apprendre (du moins le principe du maniement)
Journalisée
hinichi
Invité
« Répondre #29 le: 02 Août 2007 à 11:56:34 »

dans les arts martiaux japonais il me semble qu'il y a 3 types de bâton (3 longueurs) ???
Journalisée
Pages: 1 [2] 3   Haut de page
Imprimer
Aller à:  

SMF © 2006-2008, Simple Machines LLC
Adaptation du thême de panic par Nexion.